5 trucs pour pratiquer du yoga quotidiennement

cover-pratique-perso

Quand on pense à une routine, on a parfois l’image de quelque chose de terne, de monotone, d’ennuyeux… Au contraire, je trouve que la routine est une des clés de l’épanouissement. C’est une structure qu’on choisit de mettre dans sa vie pour lui donner une orientation et pour nous permettre d’atteindre plus facilement nos objectifs. Alors que j’étais autrefois – il n’y a pas si longtemps – découragée de mon incapacité à méditer et faire du yoga par moi-même, je suis maintenant pleinement satisfaite d’avoir intégré ces pratiques dans mon quotidien. Avec le temps, j’ai découvert au moins 5 éléments qui m’ont aidé à développer cette habitude.

1 – Créer un rituel

Créer un rituel est l’étape la plus importante. C’est le cœur de la routine. Pour créer un rituel, on doit trouver la plus petite action par laquelle on peut commencer sa routine quotidienne. Une action qui, lorsqu’on l’exécute, aura pour conséquence de nous amener à pratiquer l’habitude qu’on souhaite établir. Par exemple, le rituel d’une joggeuse pourrait être de mettre ses souliers. Une fois les chaussures enfilées, il est hors de question de ne pas aller courir. Le rituel d’un peintre pourrait être d’installer ses pinceaux en écoutant sa musique préférée, etc. Pour ma part, avant chacune de mes séances de yoga et de méditation, je déroule mon tapis et je me prépare une boisson chaude (que je ne bois parfois même pas!). C’est mon rituel : une action simple sur laquelle je peux me concentrer et dont la suite implique nécessairement de méditer et faire du yoga.

C’est la lecture du livre The Creative Habit de la chorégraphe Twyla Tharp qui m’a inculqué l’importance de créer ce genre de routine.

2 – Avoir un plan précis

… mais savoir en déroger!

Je l’avoue, je me fie rarement à un plan lorsque j’enseigne et même lorsque j’en prépare un, je n’arrive pas à m’y tenir. Toutefois, lorsque je pratique pour moi, j’occupe à la fois le rôle du professeur et de l’élève. Dans ce cas, je trouve qu’il est pertinent d’avoir un plan précis : une liste de postures à travailler, une durée établie, une technique de méditation donnée, etc. Ainsi, je ne tombe jamais dans une zone où je ne sais plus quoi faire et je peux me laisser porter par ce que j’ai préparé. De plus, j’ai toujours une idée claire du moment auquel commence ma pratique et de celui auquel elle se termine. Néanmoins, je ne prends jamais mon plan au sérieux et je me donne toujours la liberté d’improviser par-dessus.

J’aime m’en tenir à la durée que j’ai préalablement établie pour ma pratique. À mon avis, prendre moins de temps qu’on ne l’aurait prévu reviendrait à ne pas s’engager sérieusement dans notre pratique, mais prendre plus de temps serait contre-productif pour les parties de nous-mêmes qui résistent à la routine… En d’autres mots, on veut mettre de l’effort à intégrer notre habitude, mais on ne veut pas s’écœurer!

Notes
Voici des exemples de plan de postures que j’ai toujours à portée de main lors de mes pratiques. Ceux-ci sont inspirés de Judith Hanson Lasatar.

3 – Prendre rendez-vous

Rares sont les personnes qui ne jonglent pas avec plusieurs responsabilités (travail, étude, famille, etc.). Tous ces rôles que nous occupons dans notre vie impliquent du temps et représentent des obstacles potentiels à notre pratique personnelle. Si on veut installer une pratique quotidienne, il faudra donc probablement négocier du temps avec ces différents rôles. Cela peut se faire en établissant une durée et un moment précis durant lequel on se consacre à notre pratique.

Le meilleur moment pour moi c’est le matin en me levant. Ma tête n’est pas encore pleine de choses à faire et je ne suis pas fatiguée de ma journée. Ce temps que je m’accorde le matin est aussi une pierre angulaire de mon travail; prendre du temps pour moi avant de prendre du temps pour les autres. Votre situation est peut-être différente, mais il sera tout de même facilitant de trouver un moment précis durant lequel vous pourrez pratiquer quotidiennement, et ce, pour la durée souhaitée. Cela peut-être juste avant un repas, en revenant du travail ou encore le soir avant d’aller dormir.

4 – Impliquer son entourage

Ce n’est pas toujours possible de partager nos moments de routines avec notre entourage. Toutefois, si vous êtes plusieurs à la maison, essayez de construire vos habitudes ensemble. C’est beaucoup plus facile et encourageant de s’asseoir pour méditer si quelqu’un le fait avec nous. Si vous n’arrivez pas à pratiquer avec les membres de votre famille, il est important de discuter avec eux pour qu’ils comprennent et respectent votre pratique. Vous éviterez ainsi d’être interrompu pendant vos séances.

[Crédit photo : John-Mark Smith sur Unsplash]

5 – Prendre plaisir

Le plaisir et le conditionnement positif sont ce qui vous permettra de pratiquer régulièrement et de maintenir votre habitude. C’est donc important de créer une ambiance autour de votre pratique, de faire en sorte que vous puissiez profiter à plein de ce moment que vous vous accordez. Dans le même ordre d’idées, il ne faut pas s’en vouloir si on manque une journée. Surtout, il ne faut pas chercher à rattraper la pratique perdue. Une journée manquée est une journée manquée!

Mettez en pratique ces 5 trucs pour pratiquer quotidiennement et vous obtiendrez certainement des résultats. Sachez toutefois que, même une fois l’habitude installée, il reste du chemin à faire! En effet, la dernière étape du changement, c’est la maintenance!