Le Psoas • S01 E07

Couverture pour le psoas

Dans cet épisode, je vous parle du muscle psoas, de son influence sur nos mouvements et sur notre système nerveux. Découvrez en quoi ce muscle est intimement relié à notre réaction à la peur ou aux stress que l’on vit. Apprenez aussi deux exercices pour vous aider à le relâcher.

Le grand psoas est un muscle qui s’attache près des dernières vertèbres de la colonne vertébrale (de T12 à L5). Nous en avons deux soit un de chaque côté du rachis. Il traverse le bassin et se termine sur le petit trochanter du fémur. C’est un muscle qui traverse plusieurs articulations. Il est profond et difficile à palper.

Étant donné sa position, mais aussi parce qu’il relie la colonne vertébrale et les jambes, c’est un muscle qui influence plusieurs de nos grands systèmes : respiratoire, nerveux et digestif. Sur le plan biomécanique, on le décrit souvent comme un fléchisseur de la hanche. C’est en effet lui qui nous aide à nous recroqueviller en position fœtale. Il agit aussi comme une structure de tension qui réagit au placement de différentes parties de notre corps pour nous assurer de garder les yeux à la même hauteur. Par exemple, le psoas pourrait être plus court à gauche chez quelqu’un dont la jambe droite est plus courte que la gauche.

Un psoas trop tendu peut participer à plusieurs problèmes dont des douleurs au bas du dos ou des dysfonctions pelviennes. D’autres situations telle que scoliose fonctionnelle impliquent aussi des tensions ou rétrécissements du psoas.

Le psoas : un muscle peureux

Le psoas est parmi les premiers muscles impliqués dans notre réaction de peur. Il se contracte lorsque nous nous sentons en danger. C’est pour cela qu’on peut ressentir l’envie de se rouler en petite boule lorsqu’on écoute un film épeurant!

Le sentiment de peur est un instinct puissant. Un réflexe qui a le pouvoir de nous immobiliser. On entend souvent parler de la réaction fight or flight (combat ou fuite), mais il existe aussi une troisième réaction possible qui est celle du freeze ou d’être paralysé par la peur. Dans toutes ces réactions instinctives, le psoas intervient. Lorsque nous figeons devant un évènement stressant, il se contracte pour nous garder immobiles. C’est d’ailleurs une idée avec laquelle on peut travailler dans un contexte thérapeutique. Par exemple, on trouvera des postures qui permettent de relâcher le psoas.

Illustration du psoas
Pour plus d’images comme celle-ci, visitez mon compte Instagram

Bonne écoute!