Skip to content

5 conseils pour se préparer à une retraite Vipassana

vipassana

Ma toute première retraite Vipassana date de mai 2017. J’étais alors nouvellement professeure de yoga et dans une période de transition entre la fin de mes études et le début de ma vie de travailleuse autonome. J’avais beaucoup de temps. C’est ce qui m’a permis de vivre cette expérience immersive de 10 jours sans compromis dans mon horaire.

Contrairement à d’autres gens qui m’ont parlé de Vipassana, je ne peux pas dire que cette première rencontre a changé ma vie, mais elle m’a certainement marquée. C’est lors de cette retraite que ma pratique de méditation s’est le plus solidifiée et que j’y ai atteint le plus de profondeur. Récemment, j’ai ressenti le besoin de renforcer ces racines et de retourner dans une retraite de 10 jours. La vie qu’on mène dans un centre Vipassana est idéale pour approfondir sa pratique de méditation. On y est libre de toutes distractions et encadré par une équipe extraordinaire.

Si vous avez entendu parler de Vipassana et que vous souhaitez vous aussi vivre cette expérience, voici 5 conseils que j’ai à vous donner :

Conseil 1 : Prenez le temps d’aller à Vipassana

Trouver le temps est le premier défi qu’on rencontre quand on veut tenter l’expérience Vipassana. En effet, il est obligatoire de commencer par un cours de 10 jours avant de pouvoir faire des retraites plus courtes d’une à trois journées. Parce qu’il est long, le cours d’initiation permet d’asseoir des bases de méditation solides qui sont requises pour des séjours plus courts.

Si vous êtes au Québec, sachez que le centre de Montebello est très populaire chez les femmes. Par exemple, lorsqu’une femme veut suivre un cours pour la première fois, elle doit s’inscrire environ 6 mois à l’avance! Cependant, ça vaut la peine de s’inscrire sur la liste d’attente, car il y a souvent des désistements à la dernière minute. C’est comme ça que j’ai obtenue de la place les deux fois où je me suis inscrite pour un cours de 10 jours. Ce qui m’amène à vous conseiller de prendre un engagement sérieux avec vous-même : prenez le temps d’aller à Vipassana et ne vous désistez pas à moins d’un empêchement de force majeure comme une maladie. Ça peut être tentant pour différentes raisons d’annuler son inscription parce que méditer n’est pas la plus sexy des activités. Si la vie nous propose autre chose, c’est bien possible d’avoir envie de prioriser des activités plus excitantes. Ce n’est pas facile de trouver 10 jours dans sa vie pour aller méditer. Si vous avez pris la peine de vous inscrire, respectez cet engagement envers vous-même!

Conseil 2 : Choisissez où vous voulez suivre votre cours Vipassana

S.N. Goenka, professeur de la technique Vipassana, est associé à plusieurs centres de méditation à travers le monde. Sa présence y est encore importante malgré son décès en 2013. Bien que son nom soit très associé avec Vipassana, il n’est pas le seul à enseigner cette technique. Avant de vivre l’expérience de retraite, il est donc pertinent de se demander où vous souhaitez la vivre. Si vous avez entendu parler de la technique enseignée par S.N. Goenka dans la lignée de professeur Sayagyi U Ba Khin, vous devriez vérifier que le centre que vous envisagez y est associé.

De plus, d’après des récits qu’on m’a contés, la rigueur n’est pas la même dans tous les centres. Il pourrait donc être intéressant de vérifier la réputation du centre que vous comptez visiter. Au Québec, le centre Dhamma Suttama, situé à Montebello, est irréprochable. Le site est superbe et l’équipe est très bien organisée.

Conseil 3 : Faites du ménage avant de partir à Vipassana

Enfant, j’avais de la difficulté à comprendre pourquoi ma mère voulait toujours que l’on range la maison avant de partir en vacances. Maintenant, j’aime quitter mon chez-moi en le laissant propre et prêt à m’accueillir à mon retour. Quelques jours avant de partir pour Vipassana, je vous suggère de prendre le temps de faire du ménage dans votre vie. Au-delà de la maison propre qui vous accueille à votre retour, assurez-vous d’être bien accueilli dans votre vie professionnelle et personnelle lorsque vous reviendrez de Vipassana. Pendant 10 jours de silence, vous aurez le temps de penser à toutes sortes de choses. Si un dossier est resté en plan sur votre bureau, si vous avez ouvert une discussion pénible avec un proche ou si vous laissez un chantier derrière vous, vous serez probablement troublé pendant votre retraite ou ébranlé à votre retour. Dans le même ordre d’idées, ne prévoyez pas trop de choses le dimanche où vous reviendrez.

Conseil 4 : Ouvrez-vous à l’expérience Vipassana

On peut vivre un choc culturel en visitant un centre Vipassana. Ça ne veut pas dire que vous en vivrez un, mais n’oubliez pas que la technique Vipassana s’inscrit dans une tradition qui remonte au Bouddha (environs 500 AC). Bien que l’enseignement soit ni religieux ni sectaire, ses origines se font sentir dans les chants, discours et protocoles qui l’entourent. Pour certaines personnes, c’est déstabilisant de rencontrer cette culture lorsque le cours commence. Pour cette raison, je vous suggère de vivre votre visite à Vipassana dans le même esprit qu’un voyage. Cela implique aussi de respecter la culture en place. Ne cherchez pas à déroger du code d’éthique qu’on vous proposera à votre arrivée et engagez-vous à suivre les règles de vie de l’établissement. Prêtez-vous au jeu. Vivez entièrement cette vie monastique pendant votre séjour et votre expérience n’en sera que plus enrichissante. Au retour, vous aurez toujours le choix d’intégrer ou non les apprentissages reçus.

Conseil 5 : n’ayez pas d’attentes en partant pour Vipassana

Ne vous attendez pas à régler tous vos problèmes en visitant Vipassana. Ne vous attendez pas à en sortir complètement transformé. C’est très probable que vous viviez des réalisations, mais ne les cherchez pas. La méditation est un processus dans lequel on cherche à diminuer l’avidité et l’aversion. Entretenir des attentes va à l’encontre de ce cheminement. Je vous recommande aussi de ne pas vous créer d’attente par rapport aux difficultés que vous pourrez rencontrer.

Chaque séance de méditation étant unique, j’imagine que chaque retraite l’est aussi. Dans quelques jours, je quitterai mon quotidien pour me plonger le temps d’une retraite dans la vie monastique du centre Vipassana de Montebello. Ça sera ma deuxième retraite de 10 jours. Les conseils que j’ai écrits plus haut s’adressent donc autant à vous qu’à moi. Bien que je me sente fébrile à l’idée de retourner en retraite, j’essaie de ne pas nourrir mes attentes vis-à-vis cette expérience.